[Visiteur du Graht - Connexion]   

L'ISLE D'ESPAGNAC La Font Chauvin 03

L’ISLE D’ESPAGNAC (Charente).
La Font Chauvin, 3ème campagne de fouilles.

Les Données de l’Intervention Archéologique :

Cette troisième campagne de recherches se déroula sur plusieurs thèmes. Les nombreuses découvertes réalisées en prospection, sur une zone géographique s'étendant du Pont de l'Hérisson jusqu'à la vallée de la Grand Font, nous apportèrent de précieux renseignements. De nouveaux ouvrages encore apparents firent l'objet d'études spécifiques. Nous avons mené de plus amples investigations sur le mégalithes indéterminés, que nous avions mis à jour lors des campagnes 2003 et 2004. Le monument hydraulique et sa dalle percée d'un oeil, retint également toute notre attention.

Le site lui-même fit l'objet d'un sondage géophysique destiné a rechercher la présence de fondations de murs ou de strustures solides enfouis dans le sol proche de l'aqueduc de la Font Chauvin. 

Cette troisième campagne souleva beaucoup de questions dont les réponses mériteront d'être approfondies par les générations futures, car le site de la Font Chauvin conserve encore beaucoup de mystères ensevelis dans son sol.

Membres du GRAHT intervenus sur le site :

Daniel Bernardin, Alain Texier

Conseillers Scientifiques :

Jean Abelanet - Conservateur Honoraire du Musée de Tautavel, Archéologue

Michel Martzluff - Maitre de Conférence, Université de Perpignan, Archéologue

Sabine Nadal - Archéologue

 



L'ISLE D'ESPAGNAC (Charente)

La Font Chauvin

Troisième Campagne Archéologique

Le Monument Mégalithique Indéterminé

La présence d'un orthostate taillé et façonné par l'homme, appartenant à un mégalithe indéterminé, gisant sur le sol géologique de la fosse monumentale étudié en 2004, nous amena  à la demande de la responsable du SRA Poitou-Charentes, à faire expertiser ce bloc par des spécialistes de la question.

Le Caractère Antropomorphe

La technique de ronde bosse fut appliquée à cette dalle calcaire, pour lui donner sa forme générale. La base, le dos ont été travaillés et les côtés ont eu leurs arêtes émoussées. Le sommet a été arrondi ce qui renforce sont caractère antropomorphe. Un signe cruciforme orne la partie inférieure de la stèle. Ce dernier a fait l'objet d'une attention particulière de la part des spécialistes qui l'ont expertisé.

L'action répété du passage de l'eau et des hommes ainsi que le va et vient des sables et graviers ont poli la face de la roche portant le signe cruciforme. Ce polissage s'est ensuite affiné par l'utilisation qui a été faite du bloc, couché devant la grande dalle percée d'un oeil  à l'époque gallo-romaine. Utilisé comme marche-pied ou seuil, il a pris un aspect lustré et lisse.

Le Signe Cruciforme

Nous pensions que ce signe pouvait avoir été exécuté par l'homme, hors il n'en est rien. Les spécialiste ont été catégoriques sur le sujet. Cette marque ornant l'orthostate est naturelle. Toutefois il est possible que celui-ci soit intervenu dans le choix de la pierre pour son incorporation dans le monument mégalithique lors de son érection.

A notre retour d'expertise et devant les conclusions des spécialistes, la responsable du SRA souhaitait que ce bloc orné intègre le musée d'Angoulême.

La Dalle du Monument Hydraulique percée d'un Oeil

Cette découverte intervenue sur un fond stratigraphique gallo-romain retint également l'attention des archéologues consultés. Plusieurs dalles de ce type ont été retrouvées dans les Pyrénées Orientales, notamment sur un site médiéval à Rivesaltes.

Selon leur conclusion, il s'agit d'un dispositif, "une dalle percée d'un trou à la dimension précise", que l'on disposait dans un canal d'arrosage afin de mesurer le nombre de "meules" d'eau auquel un territoire pouvait prétendre.

Ce principe remonte à l'époque romaine et semble s'être perpétué bien au-delà. Un auteur du nom de Jaubert de Passa, explique "q'une demi-meule d'eau correspondait à celui d'un orifice circulaire de 7 pouce (0,189m), et la meule à celui d'un orifice de 9 pouces (0,243m) et qu'il n'était pas permis de s'écarter de ces mesures établies par un usage immémorial.

Ce type d'aménagement pouvait être prélevé sur une source ou le lit d'un ruisseau, ce qui est le cas à la Font Chauvin. A Rivesaltes, il servait à alimenter en eau un moulin et à irriguer les terres environnantes, comme celles du logis de Lunesse qui se dresse à proximité de la source étudiée.

A la Font Chauvin, ce monument semble avoir servi durant plusieurs siècles. Il est probable que cette installation joua un rôle important dans les système d'alimentation en eau potable et d'irrigation du Logis de Lunesse et son Pavillon de Chasse, aujourd'hui propriétés privées.

En complément de ces recherches une large zone géographique fit l'objet d'une exploration hydrologique par un sourcier. Plusieurs sources souterraines furent détectées ainsi que plusieurs aqueducs secondaires. 



Note : "

BIBLIOGRAPHIE

Rapport d’Opération Archéologique – Deuxième Campagne

L’Isle d’Espagnac – La Font Chauvin

Un site Mégalithique, Gallo-Romain et Chrétien

Daniel BERNARDIN - Alain TEXIER – Emmanuelle FAURE-GIGNOUX

Alain MINCET – Bernard FABRE – Emmanuel CAZE

Bernard RAMETTE – Jean-Marie TEXIER – Eric DELMAS

Jean-François LAMONERIE – Eric VEUILLE – Marion GOUMAIN

Laure CHARRETON – Floriane LAVERAT – Amandine RAMETTE

Steve RAMETTE – Robert GRIMAUD

2004

L’Aqueduc de la Font Chauvin

Commune de L’Isle d’Espagnac

Daniel BERNARDIN - Matthieu MOUNIER – Emmanuelle FAURE-GIGNOUX - Alain TEXIER - Bernard FABRE – Emmanuel CAZE - Alain MINCET - Bernard RAMETTE – Jean-Marie TEXIER - Bruno LAIDET - Eric DELMAS – Jean BEN AOMAR - Michel CHAUVIN – Nathalie TEXIER - Nathalie JOUSSEAUME – Cindy BRETHONNET

2003

Le Canal d’Arrosage Médiéval de Rivesaltes,

Son pont Aqueduc,

Et son UPP de la Mola encore en Place

Etudes Roussillonnaises, Tome XVIII

Jean ABELANET

Archéologue, Conservateur Honoraire

Musée de Tautavel (P.0).

2000/2001

Poitou-Charentes – Prospections – Fiches de Sites

Daniel BERNARDIN - Alain TEXIER – Bernard FABRE - Claude BREGE – Emmanuelle FAURE-GIGNOUX - Matthieu MOUNIER - Alain MINCET – Martine CAZE - Jean- François LAMONERIE – Colette LAVOIX

GRAHT – 2004 – 2005

L'aqueduc gallo-romain de DIVONA - Cahors

Rapport de fouilles programmées - 2002

Didier RIGAL, Christian DARLES, Michel MARTINAUD,

André TARRISSE, Michel VIDAL, Jean-Claude BESSAC,

Francis DIEULAFAIT, Pierre TEXIER

Mornac – Un réseau hydraulique et ses aqueducs du Moyen Age et du XVIIe siècle

Rapport de sondage archéologique – 2001

Daniel BERNARDIN, Matthieu MOUNIER, Bernard FABRE,

Alain TEXIER, Sébastien DUCONGE, Richard LAFONT

Claude BREGE, Pierre-Emmanuel BREGE, Sébastien DAULON

Jean-Marie TEXIER, Monique TEXIER, Alain MINCET, Jean-Claude AUPY

Un sondage à la grotte d’Entreroches – Magnac-sur-Touvre, Charente

Bulletins et mémoires – 1985 – 4e trimestre

E. TRINKAUS et K. MAURER TRINKAUS

Jadis Soyaux et Naguère

Marcel FORGEAT

1993

Nos deux Charentes en cartes postales anciennes – n° 33

« Les cinq gares d’Angoulême

Henri LE DIRAISON, Christian GENET

Tous les saints guérisseurs et protecteurs

Jean de L’HOSSANNIERE

Editions Trajectoire – Année 2000

Dévotions et saints guérisseurs

Marc LEPROUX

Presse universitaire de France - 1957

Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente

Bruno SEPULCRE

1993

Géographie historique et communale de la Charente

J. MARTIN-BUCHEY

1914-1917

Il était une fois L’Isle qui devint D’Espagnac

Albertine CADET-HEMARD, Serge GIGNAC

1989

Dix mille saints

Les Bénédictines de Ramogate

BREPOLS - 1991

Abbayes, prieurés et commanderies de l’Ancienne France

François SEMUR

1984

Les templiers de l’Angoumois

Robert SIMONNAUD

1993

Boutons

Nancy FINK, Maryalice DITZLER

Books & Co - 1993


"

Liens Relatifs


Précédent |  Suivant

Temps : 0.0722 seconde(s)