[Visiteur du Graht - Connexion]   

CONFOLENS La Commanderie

CONFOLENS

La Chapelle de la Commanderie

et

Le Site Mégalithique de "Pierre Levée"

Situation

 

Le site de la Pierre Levée correspond à l’endroit où se trouve la chapelle de la Commanderie, au point le plus élevé de la commune de Confolens.

  

 Nature du Monument

 

"La Pierre Levée" Mégalithe Indéterminé

 

Rappels Historiques

 

Le site fit l’objet d’une fouille archéologique à l’extérieur et à l’intérieur de la chapelle de la Commanderie, au cours de l’année 2000 (Fouille Archéologique, Bernard Fabre - Daniel Bernardin – 2000).

    

Dans son ouvrage « Pages Confolentaises » en 1919, l’auteur Babaud Lacroze raconte :

 On la voyait encore debout au XVIIIe siècle et elle mentionnée dans l’acte de vente d’une vigne ainsi.

«Sise au plan tiré (Plantier) de la Pierre Levée au Faubourg Saint-Michel, près du Grand Chemin se rendant de la présente ville à Chabanais». Fin de citation. 

    

Nos investigations en direction du cadastre napoléonien de Confolens datant de 1826, nous ont révélé l’existence en section B, d’un site nommée « La Pierre Levée ».

     Un plan de Confolens sous la Révolution, indique avec précision l’emplacement de l’église Saint-Michel et de son cimetière, près de la Chapelle de la Commanderie.

     Le plan cadastral de l’année 2000, précise avec encore plus d’exactitude la position des lieux et monuments qui nous intéressent.

     Ces éléments sont très importants car ils vont nous permettre de prouver que certains vestiges retrouvés lors de la fouille Archéologique de la Chapelle sont en relation avec le monument mégalithique de la Pierre Levée.

(Fouilles Archéologiques : Bernard Fabre – Daniel Bernardin – 2000)

 

Responsables de l'étude

Bernard Fabre - Daniel Bernardin

(Avec la participation de Claude BREGE et Pierre-Emmanuel BREGE)

 

 



CONFOLENS

Le Site Mégalithique de "Pierre Levée"

 

 La Fouille Archéologique de la Chapelle de la Commanderie

 

     Du point de vue situation, nous constatons que les deux sites, mégalithique et chrétien se trouvent au même endroit. Les termes du récit de Babaud Lacroze sont confirmés par les plans, cadastraux de la ville, édités à deux siècles d’intervalles.

 

     La place du champ de foire Saint-Michel, correspond toujours de nos jours à la place qui s’étire devant la Chapelle, devant laquelle passe la route qui mène à Chabanais, par Saint-Maurice des Lions.

 

L’ancienne Chapelle Saint-Michel et son cimetière font face à la Chapelle de la Commanderie et son hôpital.

     La Commanderie fut un établissement tenu par l’Ordre des Hospitaliers du Saint-Esprit, Ordre fondé par Guy de Rome autour d’un hôpital à Montpellier, vers 1160.

     Elle comprenait un ensemble agricole et un bâtiment destiné à l’accueil des voyageurs et des pèlerins, sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Les moines observaient la règle de Saint-Augustin. Ils pratiquèrent l’accueil jusqu’au XVIIe siècle et les offices s’y déroulèrent jusqu’au XVIIIe siècle. Elle appartient au faubourg Saint-Michel.

 

     Lors de la fouille archéologique effectuée en 2000, il fut retrouvé un mobilier protohistorique constitué par :

Un fragment de lame de silex brun, réalisé au percuteur dur,

Un nucleus pyramidal,

Un fragment de hache polie en silex gris,

Divers silex brûlés furent ramassés au cours des différents sondages pratiqués.

 

Le site Mégalithique de Pierre Levée

 

Le Menhir de la Commanderie

 

     C’est au cours du sondage n°3, réalisé à l’extérieur et à l’ouest de la chapelle, correspondant à l’emplacement du site Pierre, Levée que fut dégagé un bloc de quartz haut de 1m et large de 0,40m,. Il fut relevé et laissé en place après la fouille. Ce bloc isolé, a subi un façonnage de la main de l’homme. Il a été taillé de façon à lui donner cette forme.

     Ce modeste menhir, nous avait intrigué à l’époque. La lecture du texte de Babaud Lacroze éclaire d’un jour nouveau notre découverte. Sa position correspond au monument dont il parle.

 

 Le Monument Mégalithique de Pierre Levée au Faubourg Saint-Michel

 

     Bien que la fouille archéologique de la Chapelle et ses abords ait permis la mise à jour de ce menhir, nous ne pensons pas que ce fut à lui que se rapporta l’appellation « Pierre Levée ».

     Cette presque certitude nous est dictée par ses modestes dimensions. Nous croyons que ce mégalithe était un menhir satellite d’un monument de plus grande importance se rapportant vraisemblablement à un dolmen disparu.

 

Ce fait nous semble plus plausible. Ce n’est d’ailleurs pas un cas isolé car nous l’avons déjà rencontré dans le confolentais :

Dolmen N°1 de la Grande Pièce à Saint-Maurice des Lions

Le Rocher à Cupules du Pas de la Mule à Esse

Les Menhirs du Repaire et son Dolmen détruit à Esse.

 

Interprétation et datation

 

     Nous ne pensons pas que le menhir de la Commanderie ait pu laisser à lui seul, vu sa petitesse, un souvenir dans les mémoires. Il fallait un monument plus volumineux pour frapper ainsi les esprits, pour que les administrations royales et celles de la République le matérialisent et le consignent sur leurs documents administratifs.

 

     Nous pensons donc que le Menhir de la Commanderie, était le menhir satellite d’un dolmen connu sous le nom de « Pierre Levée », situé à quelques dizaines de mètres de lui, de l’autre côté de la rue de la Commanderie ou sur la place du Champ de Foire Saint-Michel. En admettant que l’entrée de la Chambre funéraire soit ouverte à l’Est-ce qui nous paraît logique, le menhir de la Commanderie qui semble avoir été enseveli à sa place d’origine, occupe un emplacement idéal pour un menhir satellite, l’est.

 

     Nous croyons que le site mégalithique de Pierre Levée, se composait de deux monuments différents et complémentaires, vraisemblablement élevés à l’époque néolithique. De ces vestiges, ne subsiste aujourd’hui que le petit menhir qui fut abattu et enseveli, peut être au XVIe siècle, lors de la construction de la Chapelle de la Commanderie.

 

Groupes Architecturaux 

 

Le dolmen supposé : Groupe indéterminé

Le menhir : Menhir satellite

 

 Etat de conservation du site

 

Dolmen détruit. Un menhir satellite retrouvé, dégagé et remis en place par Bernard  Fabre, Daniel Bernardin, Claude Brège, Pierre-Emmanuel Brège.

 

Mobilier ramassé 

 

     Le mobilier recueilli lors de la fouille confirme la présence de l’occupation néolithique du site.

     Une lame en silex brun, fragment de hache polie, nucleus, attestent celle-ci. Ces objets, même s’ils ont été déplacés en différentes occasions, indiquent qu’ils sont en relation avec les monuments mégalithiques qui étaient dressés sur le site de la « Pierre Levée », du faubourg Saint-Martin.

 



Note : "

Bibliographie

 

Références Bibliographiques 

Babaud Lacroze – Pages Confolentaises – 1919

Chapelle « La Commanderie » Confolens – 2003 – Bernard Fabre – Daniel Bernardin

Recherches Archéologiques : Bernardin/Fabre, 1980/2005

 

Dessins

 

Bernard Fabre

 

Photos GRAHT

 

Daniel Bernardin

 

 

 

"

Liens Relatifs


Précédent |  Suivant

Temps : 0.1078 seconde(s)