[Visiteur du Graht - Connexion]   

ANGOULÊME Les Valettes

                                                         ANGOULÊME

                                            Les Valettes – XVIIe siècle

                               « L’Aqueduc de la Ferme des Valettes »    

Situation

Le site de la Ferme des Valettes est installé au sud du plateau d’Angoulême. Il longe le Boulevard de l’Europe qui trouve son origine à proximité de la Gare SNCF d’Angoulême et dessert les communes du sud de l’agglomération. Il est situé au fond d’une vallée sinueuse arrosée par de petites sources qui vont grossir la rivière, l’Anguienne.

Implantation

La source de la Ferme des Valettes est souterraine. Elle a été aménagée dans la prairie qui encercle les bâtiments de ce lieu dit, ancienne ferme transformée en centre de loisirs,   probable dépendance du Logis du Maine Blanc.

Le réseau hydraulique bien que portant le nom se rapportant à celui-ci, ne desservait pas directement cette habitation mais vraisemblablement le logis de Maine Blanc, situé au nord de ce point d’eau.

Description

Ce monument hydraulique comprend, un aqueduc primaire et un aqueduc secondaire. 

L’aqueduc primaire s’étire selon un axe Nord-est/Sud-Ouest, sur une distance de 29,50m. Ce point se trouve à 7,30m de l’entrée. Il existe quatorze collecteurs. Dix sont creusés dans la paroi sud, au niveau du lit. Les quatre autres arrivées s’écoulent dans la paroi nord, au raz du sol.

L’aqueduc secondaire s’étire selon un axe nord-sud et s’enfonce dans cette direction sur une distance de 9,10 m. Les captages sont au nombre de trois. Deux niches et un puits d’aération complètent les aménagements internes.

De nombreuses traces du passage d’êtres humains marquent les parois et les dalles de la voûte de l’Aqueduc Principal. La nature de ces messages reflète une époque bien déterminée. Ils sont faciles à intégrer dans le temps et aisément datables.

Les plus récents, modernes couvrent les parois et la voûte de l’aqueduc principal primaire près de l’entrée.

Nous n’avons retrouvé aucune marque ou écrits sur les murs de l’aqueduc secondaire.

Le recensement de ces témoignages de la présence humaine dans l’aqueduc principal, nous a permis d’établir une classification qui se divise en cinq catégories :

Marques de construction (lissage, rainures, coffrages), messages écrits ou gravés (noms, dates, croix), empreintes de mains, autres signes indéterminés et tags modernes.

 

Ce réseau qui comportait plusieurs aqueducs, bassin et canalisation pourvoyait à plusieurs destinations domestiques.

Celles-ci entraient dans le fonctionnement quotidien de la vie au Logis du Maine Blanc et de sa dépendance la Ferme des Valettes.

L’ensemble hydraulique qui nous apparaît aujourd’hui est certainement très incomplet. Il est probable qu’un système de canalisation de vannes et de pelles permettait de diriger l’eau sur les terres de la propriété. Cette hypothèse s’est vérifiée par la découverte d’éléments de canalisation retrouvés chez un particulier dans la vallée de la Grand Font et dont le témoignage important confirme la complexité de ce réseau.

 

L’utilisation de ce réseau reposait entièrement dans les fonctions qu’on lui avait attribuées, à savoir :

-                 Alimenter en eau potable le logis du Maine Blanc et peut être sa dépendance, la Ferme des Valettes.

-                   Participer à l’irrigation des terres cultivées.

-                   Abreuver les animaux et bêtes de la Ferme.

-                    Fournir aux lavandières un lieu pour laver le linge de maison.

-                  Servir de glacière pour l’alimentation.

 

Les vestiges et les témoignages confirment en tout point, l’importance du rôle joué par cet ouvrage. Il n’est pas impossible qu’un jour, on découvre dans le cadre de travaux à grande échelle, une relation directe entre ce réseau et les bâtiments de la Ferme. Peut être qu’une autre source captée dans un autre réseau, se greffait sur l’ouvrage étudié ? Cela pourrait éclairer le manque d’informations qui plane au dessus de l’aqueduc secondaire. Cet aqueduc ne se dirigeait t’il pas en direction de la ferme ?

 

Dans cette attente, nous pouvons dire que l’ensemble hydraulique retrouvé dans la plaine et situé à peu près à égale distance de ces habitations jouait un rôle primordial dans cet écosystème. Lorsque le logis et la Ferme devinrent un orphelinat et probablement le premier Lycée Agricole de l’agglomération d’Angoulême, ils contenaient toutes les dispositions techniques indispensables au bon fonctionnement du nouvel établissement socio-professionnel que l’on souhaitait lui attribuer.

 

Datation du Réseau Hydraulique de "La Ferme des Valettes"

 

Il n’a été retrouvé que peu de documents sur le Logis du Maine Blanc. Les seuls vestiges architecturaux apparents sur l’époque où il fut probablement édifié, se remarquent sur la tour XVIIe siècle.

 

A partir de ce témoignage du passé, compte tenu des éléments que nous avons retrouvés (canalisations en dalots, fragments d’aqueducs) nous savons que le réseau hydraulique de la Ferme des Valettes desservait en eau potable le Logis.

 

En conséquence nous pouvons émettre l’hypothèse que celui-ci fut planifié au moment de l’édification du château, ce qui nous permet de penser qu’il était en fonctionnement dès l’achèvement des travaux de la construction du logis et de sa ferme, au XVIIe siècle.



Membres du GRAHT ayant participé à l'opération archéologique



Liens Relatifs


Précédent |  Suivant

Temps : 0.1279 seconde(s)