[Visiteur du Graht - Connexion]   

MORNAC - LES AQUEDUCS DES LAQUAIS - ETUDE ET CURAGE DE L'AQUEDUC COLLECTEUR SOUS LE CHEMIN DES LAQUAIS- ANNEE 2002 - 4e CAMPAGNE



MORNAC - LES AQUEDUCS DES LAQUAIS



ETUDE ET SONDAGE ARCHEOLOGIQUE DE L'AQUEDUC COLLECTEUR (AC)



SOUS LE CHEMIN DES LAQUAIS

AVANT-PROPOS

Avant de commenter les différentes phases de cette opération archéologiques, il convient de rappeler que les années précédentes, depuis 1999, nous avions mis en évidence l'existence d'un fossé qui nous paraissait avoir servi à évacuer le trop plein des eaux du bassin/lavoir en période de hautes eaux. Un orifice percé dans la bordure de l'angle sud-est du bassin était fermé par une bonde. C'est par ce déversoir que l'on vidangeait également le lavoir pour le nettoyer. Ce déversoir évacuait l'eau en direction du fossé d'évacuation qui fit l'objet de notre attention avant de commencer le sondage de l'Aqueduc Collecteur enterré sous le chemin des Laquais.

Le Fossé d'Evacuation ou d'Irrigation

L’exécution du travail fut réalisé sur un linéaire de 200 m pour une largeur d’une dizaine de mètres. Durant cette opération fut dégagé un fossé d’irrigation sur une distance de 200m. Sa largeur varie entre 1m et 1,50m. Sa profondeur est irrégulière. Près de son origine, à proximité du bassin de la source, elle est de 0,80m. A son extrémité sud, elle ne fait plus qu’une dizaine de centimètres. Le comblement semble important. Sa particularité réside en un parement de pierres qui existe près de son origine, près du lavoir. Compte tenu de la profondeur du bassin, on peut supposer que celle du fossé avoisinait les 1,20m à 1,50m pour permettre à l’évacuation du trop plein de l’eau ou à son vidage dans ce fossé, un écoulement correct.

Le parement de pierre était constitué de moellons parfaitement équarris sans trace de maçonnerie. Les pierres reposaient les unes sur les autres selon un plan incliné soutenant la terre du talus. Caché sous les ronces, les orties et le lierre, ce mur de soutènement des terres conservait une belle apparence. Il était fabriqué avec des moellons proprement débités. Aujourd’hui ce fossé est désaffecté. Un fossé creusé en bordure du chemin le remplace. Il reçoit les eaux de débordement du bassin et de sa source.

Les travaux de nettoyage n’ont révélé que peu d’éléments apparents. Ce fossé long d’environ de 200 m se dirige en droite ligne depuis le bassin de la source vers le bourg de Mornac. Le sondage de l'année 2000 nous avait appris que les murs de fondations d’une possible villa gallo-romaine se dirigeaient vers cet endroit, mais nous n’avons rien décelé au cours de ces travaux.



ETUDE ET CURAGE DE L'AQUEDUC COLLECTEUR (AC) SOUS LE CHEMIN - ANNEE 2002

Le sondage de l’Aqueduc Collecteur (AC) réalisé en 1999/2000 restait incomplet. La partie du monument prenant son origine au goulet du bassin et passant sous le chemin n’avait pas été étudié. Il nous fallait donc achever son étude complète pour savoir si le monument existait dans son état d’origine ou s’il avait subi des transformations au cours des âges.

Organisation du Sondage

Des travaux de curage du conduit d’écoulement devant être effectués par l’équipe technique communale de Mornac, nous ont donné l’opportunité de terminer l’étude du monument à cet endroit.

Dans un premier temps, le chemin fut décaissé à la pelle mécanique sur toute sa largeur depuis le point repéré par la table du lavoir installée devant le bassin, en direction de la prairie. A une profondeur variable de 30 à 40cm apparut la couverture de l’aqueduc. Des sacs plastiques, d’époque moderne, posées sur les dalles lors de travaux sur le chemin, avaient été installés pour attirer l’attention des ouvriers, dans le cas de travaux dans le futur. Ce fut une sage précaution qui permis de commettre des erreurs. Lorsqu’il fut décaissé sur toute la largeur, soit 7,70m, les dalles de couvertures apparurent. Elles étaient de même nature que celles retrouvées près de l’Aqueduc Collecteur dans la prairie des Laquais. Dix huit dalles recouvraient le conduit mis à nu. Elles furent déposées sur le côté nord pour permettre le curage. Une masse compacte de racines et radicelles obstruaient complètement le specus sur 3,40 m de longueur. Seul un filet d'eau filtrait à travers les racines. Une fois dégagé apparut un specus qui avait subi de grands bouleversements lors de précédentes interventions de nettoyage.

Le piédroit nord montrait une paroi cimentée sur pratiquement toute sa longueur. Seule l’extrémité est, qui fit l’objet d’un relevé, présente un parement constitué de moellons cimentés.

Le piédroit sud avait subi des transformations identiques, mais fit l’objet d’une plus grande attention. Quelques dalles d’origine demeuraient en place. Elles étaient au nombre de quatre et placées deux par deux. Entre elles avaient été édifiée un muret de moellons cimentés. Ils étaient de formes à peu près régulières et parfaitement équarris. Près de la prairie, en limite de propriété, une dalle de côté brisée, laissait passer de nombreuses infiltrations. Elle fut retirée et elle nous permis de voir le monument tel qu’il était construit à son origine car à partir de cet endroit et sur quelques mètres le monument n’avait subi aucune modification, vers la prairie.

La coupe en profil transversal montre un canal en U constitué de deux piédroits de fabrication différente. Celui du nord, de facture moderne, est réalisé en maçonnerie. Celui du sud a conservé son aspect d’origine. C’est une pierre haute et plane à l’intérieur qui mesure 34cm de hauteur. Sa face externe est oblique et lisse. Sa petite base mesure 8,5cm. Sa grande base reposant sur le lit atteint 21,5cm de largeur.

Le lit de l’aqueduc est fabriqué avec de grandes dalles plates de dimensions inégales. La largeur du lit mesure 28 cm. Compte tenu de nos observations, nous pouvons supposer que les dalles du lit ont une largeur moyenne de 0,52cm.

Les dalles de couvertures débordent vers l’extérieur des piédroits. La couverture était réalisée avec des pierres s’apparentant à celles retrouvées lors du sondage 1999/2000 et provenant du secteur de Brouterie à Mornac.

Restauration et busage de AC sous le chemin au XXIe siècle

Durant cette opération réalisée par le GRAHT, le conduit de l’aqueduc fut entièrement nettoyé et débarrassé des racines et radicelles qui encombraient le specus et s’infiltraient entre les pierres des piédroits. Le plateau des parements en moellons fut gratté et mis à nu de façon à permettre aux dalles de couvertures de reposer proprement en travers du canal. Les moellons manquants furent remplacés et remis en place.

Le piédroit nord cimenté fut également nettoyé de la même façon. La terre et le sable furent retirés du lit. Près de l’extrémité est, la dalle brisée fut replacée dans sa position d’origine et scellée au ciment. Afin d’éviter un nouvel encombrement du specus et permettre un bon écoulement de l'eau, il fut décidé de buser le canal de l’aqueduc dans toute sa longueur sous le chemin.

Un tuyau en PVC de 0,25m de diamètre fut déposé sur le fond du lit, depuis le goulet du bassin jusqu’à la sortie dans la propriété de M. RICHARD. Une fois cette opération réalisée, les dalles de couvertures furent remises en place. La couverture reconstituée, un film plastique noir a été déroulé sur la longueur de AC et l’ensemble du monument fut à nouveau recouvert de terre et de granulats blanc de 0,30, comme il existait avant notre intervention.

Le Mobilier Archéologique

Le sol du chemin ayant été fortement remanié, il ne fut ramassé que peu d’objets. Ils furent recueillis près de la propriété de M. RICHARD à l’extrémité est, du conduit de AC. Il était constitué de quelques morceaux de tuiles médiévales, d’enduit à la chaux, de deux dents de bovidés et d’un fragment de plaque métallique, sans forme et sans décor. La période gallo-romaine était marquée par un petit fragment de tegulae et d’un morceau de carrelage. Il ne fut retrouvé aucun autre mobilier au cours du nettoyage de l’Aqueduc Collecteur.

Conclusion

Le curage de AC s’il ne nous révéla pas de nouveautés, nous permit de clôturer son étude. Il nous apporta la vision de son architecture d’origine que nous avions soupçonnée lors des sondages 1999/2000 et nous en avons dressé le profil. Sa restauration abusive semble être intervenue au même moment que la réalisation de la toiture en béton entre 1918 et 1920 par l’entreprise MARIANO de L’Isle D’Espagnac.

Le busage de l’aqueduc collecteur comme nous l’avons effectué devrait permettre un meilleur écoulement, éviter l’obstruction du specus et garantir la conservation du monument pour de très longues années.



Note : "

Etude du Site Archéologique, Rapport SRA et Texte de l'Article

Daniel BERNARDIN - Responsable des Opérations Archéologiques

Plans et Dessins

Daniel BERNARDIN - Emmanuelle FAURE-GIGNOUX

Intervenants sur le site

Daniel BERNARDIN - Bernard FABRE - Emmanuelle FAURE-GIGNOUX - Matthieu MOUNIER - Alain MINCET - Richard Lafond - Eric DELMAS - Michel CHAUVIN - Claude BREGE - Jean-Marie TEXIER - Régis BARBOTEAU - Sébastien DUCONGE - Pierre TEILLET - Cyndi BRETHONNET - Bernard RAMETTE - Nathalie JOUSSEAUME - Delphine JOUSSEAUME

Aide Logistique

Christian GUILLEBAUD - Entreprise de TP - José DE OLIVEIRA - Entreprise Bâtiment - Jean-Marie JOUSSEAUME - Entreprise Bâtiment - Michel GUILLEBAUD - Artisan retraité - Fracis GOUMAIN -Artisan Menuisier, Ebeniste - STINE PHOTOS à L'Isle d'Espagnac - Cabinet LARROQUE à L'Isle d'Espagnac.

Conseillers Techniques et Scientifiques

Jean-Louis TILLARD - Céramologue UMR 126 du CNRS - Jean-François BUISSON - Archéologue - Didier RIGAL - Archéologue - UMR 5608 - Jean Ben AOMAR - Contrôleur- Responsable de l'Entretien et Maintenance des Réseaux d’Assainissement – Grand Angoulême - Joël BOURGEOIS - COMAGA - Richard LAFOND - Rémi SARDIN -Responsable des Services Techniques, commune de Mornac.

Références (bibliographie, archives)

Christian VERNOU - Carte Archéologique de la Gaule - La Charente 16 - Fondation Maison des Sciences de l'Homme - Paris - 1993

Jean-Louis ANDRIEU - Techniques de Constructions des Aqueducs sur les territoires des Cités romaines de Béziers et Narbonne - Les Aqueducs de la Gaule Romaine et des Régions Voisines Edité par Robert BEDON - Université de Limoges - Centre de Recherche A. PIGANIOL 1997

Didier RIGAL - L'Aqueduc Antique de Cahors - Les Aqueducs de la Gaule Romaine et des Régions Voisines - Edité par Robert BEDON - Université de Limoges - Centre de Recherche A. PIGANIOL - 1997

Abbé P. LESCURAS - Le Pays de Touvre et de La Braconne

Roger FACON - Recueil des Lieux-Dits de La Charente - Mémoires de la SAHC - 1994 - Edition COQUEMARD - Angoulême - 1965

Fabrice PEYRAUD - Rivières du Sud Angoumois - 1991

Constat d'Huissier de Justice - Mornac 6 Août 1842 - Archives Départementales de la Charente - Série O - 1826/1897

Constat d'Huissier de Justice - Mornac 31 Août 1843 - Archives Départementales de la Charente

Registre des Délibérations du Conseil Municipal de Mornac de 1918 à 1926.

Registre des Délibérations du Conseil Municipal de Mornac - 24/06/1932 - 05/09/1957

"

Liens Relatifs


Précédent |  Suivant

Temps : 0.268 seconde(s)