[Visiteur du Graht - Connexion]   

SAN GHJULIANU – SAN GIULIANO «Site à Tegulae de l’Eglise ruinée San Giuliano»

CORSE - COSTA VERDE

 

SAN GHJULIANU - SAN GIULIANO

 

«Site à Tegulae de l’Eglise ruinée de San Giuliano»

 

L’Eglise ruinée

 

Elle se dresse au centre du plateau, au point le plus élevé de celui-ci. Sa toiture est écroulée et les murs ont été fragilisés semble-t-il, à la suite d’un incendie, dont nous ignorons à quelle époque il s’est produit. Il règne un grand désordre dans ce qui fut la nef. Elle fut transformée en maison d’habitation à une époque indéterminée.

 

Nos investigations sur l’étude monumentale, nous ont dévoilé que de nombreux fragments de tuiles antiques, étaient incorporés dans la maçonnerie de cet édifice religieux, qui remonterait au VIIe siècle, d’après Mme Moracchini-Mazel. Sur la façade on peut distinguer une tegula entière.

Trois pierres ont également retenu notre attention. Deux sont insérées dans les angles des murs sud-est et sud-ouest, la troisième, orne le côté gauche du portail d’entrée qui fut muré tardivement.

 

Le bloc posé dans l’angle sud-est, porte plusieurs lettres (mcccc) qui pourrait correspondre à l’année 1400, une série de quatre chiffres 7 dans lesquels il faut peut-être voir une symbolique, suivie de trois traits pouvant être des chiffres romains (III) et une série de lettres dont nous n’avons pas pu reconnaitre à quel mot elles se rapportaient (fvf) puis une possible date effacée (1779) et enfin une dernière série de lettres (veno).

 

La pierre de l’angle sud-ouest, est gravée de trois inscriptions. Ces marques peuvent avoir été effectuées par des tailleurs de pierres car elles sont finement tracées. Les deux premiers groupes pourraient être les lettes (A et L) puis (N et D). Le dernier pourrait ressembler aux chiffres (8 et 1).

 

Sur la façade, près de l’entrée une dalle plate et carrée porte une sculpture. Elle montre un petit personnage levant le bras droit, armé d’une lance ou d’un bâton. Le visage très anthropomorphique, révèle malgré tout un caractère volontaire. Ce personnage pourrait représenter Saint-Michel  luttant contre le mal, le Christ berger, un berger local, un dieu romain ou peut être encore un combattant romain ?

 

Le site à Tegulae

 

Il semble occuper une grande surface du plateau. Le dépôt, de tuiles romaines fragmentées, se concentre principalement sur l’emplacement où est construite l’église. Celle-ci a probablement été érigée sur un ancien lieu de culte romain. Nous avons repéré des traces de murs, recouverts par les fougères et les ronces, au sud de ce monument. Nous n’avons pu reconnaître leur nature ni avoir une opinion sur leur date de construction.

 

Interprétation et datation 

 

Il nous parait évident que l’église a été bâtie sur un ancien lieu de culte païen de l’époque romaine. Il est probable que de nombreux éléments de cette première construction, aient pu être incorporés au monument chrétien.

Ces trois blocs marqués ont été mis en place lors de l’édification de cette église. Ils ont toujours été à la même place. Nous retenons l’hypothèse que le bloc sculpté portant le petit personnage, pourrait avoir une origine antique.

 



Références (bibliographie, archives, photos, photos IGN…) :

Balades en Costa Verde, Boucle N°17,  Communauté de Communes de la Costa Verde, ADECEC, M. Eric Rubecchi.

Geneviève Moracchini-Mazel, « Les Eglises Romanes de Corses » Tome I et II,  Année 1967,

Tempi Fà, Pierre-Jean Luccioni, Albiana, 4e Trimestre 2007.

Exploration Archéologiques et Historiques en Costa Verde, Rivière Canapajo/Pétrignani, Daniel Bernardin, Jean-Paul Francesconi, Eléna Foresti, Philippe Perez, Nicolas Sisson, Eric Rubecchi, Année 2009.

Google, Skyline Globe, Géo Portail, TerraExplorer,

Google Earth, IGN France, 2010 Tele Atlas,

2007 - 2010 IGN BRGM Mentions légales Crédits

Photos : Daniel Bernardin

 

Inventeur du site :        

Daniel Bernardin – Philippe Perez – Jean-Paul Francesconi.



Liens Relatifs


Précédent |  Suivant

Temps : 0.234 seconde(s)